27/11/17
Rencontres à Aubagne avec Alain Badiou

LUNDI 27 NOVEMBRE 2017

15h  LYCÉE JOLIOT CURIE – AUBAGNE

LA VRAIE VIE
Rencontre avec des lycéens des classes de seconde, première et terminale du lycée Joliot-Curie

La toute première réception officielle de la philosophie, avec Socrate, prend la forme d’une très grave accusation : le philosophe corrompt la jeunesse. Alors, si j’adopte ce point de vue, je dirai assez simplement : je viens corrompre la jeunesse en parlant de ce que la vie peut offrir, des raisons pour lesquelles il faut absolument changer le monde et qui, pour cela même, imposent de prendre des risques.
Aujourd’hui, parce qu’elle en a la liberté, la possibilité, la jeunesse n’est plus ligotée par la tradition. Mais que faire de cette liberté, de cette nouvelle errance ?
Filles et garçons doivent découvrir leur propre capacité quant à une vraie vie, une pensée intense qui affirme le monde nouveau qu’ils entendent créer.
Que vivent nos filles et nos fils !
Alain Badiou

18h30 ESPACE DU BRAS D’OR – AUBAGNE

QUE SIGNIFIE CHANGER LE MONDE ?
Conférence d’Alain Badiou et discussion avec le public modérée par Anaïs Simon

L’expression « Changer le monde » a largement enchanté les deux siècles précédents. Dans nos contrées dites occidentales, riches mais en crise, démocratiques mais rongées par le virus identitaire, l’expression Changer le monde a un double statut.

D’un côté, pour autant qu’elle a désigné un vouloir révolutionnaire, elle est tenue pour le nom périmé d’une utopie criminelle. D’un autre côté cependant, on nous enseigne qu’à tout instant le monde change à une vi­tesse extraordinaire, que nous sommes toujours en retard sur ce change­ment, et que d’incessantes réformes doivent plier les sujets à y consentir. On ne peut qu’en conclure que, dans cette affaire, changer est un verbe équivoque.

Si tout change, y compris les acteurs, témoins et victimes dudit change­ment, rien ne peut attester le changement. Si en revanche il existe un re­père fixe, un invariant relatif d’où prendre mesure du changement comme changement réel, quel est le statut de cet invariant ? Il faut reprendre en­tièrement la question du changement réel au-delà de l’antinomie rupture totale ou continuité d’une incessante innovation. Le problème est celui du lieu subjectif, d’où l’on peut concevoir, dans une subtile dynamique de l’immanence et du retrait, ce qu’est un changement orienté.

Alain Badiou

 

QUI EST ALAIN BADIOU ?

Alain Badiou naît à Rabat, au Maroc, le 17 janvier 1937. Il est élève à l’École normale supérieure dont il sort premier en 1960 et où il deviendra lui-même professeur en 1999, puis professeur émérite en 2004 —, et y côtoye Althusser, Canguilhem et Lacan.

Jeune militant contre la guerre d’Algérie dès l’ENS puis engagé dans l’aventure maoïste jusqu’en 1980, ses premières publications sont des textes littéraires, Amalgestes (1964) et Portulans (1967) aux éditions du Seuil, ou encore L’écharpe rouge, achevé en 1977 et qu’Antoine Vitez met en scène en 1984.

Alain Badiou est donc à la fois romancier, dramaturge, militant politique (connu pour sa défense de L’hypothèse communiste et des ouvriers sans papiers), et philosophe — un philosophe de renommée internationale, l’un des plus traduits dans le monde. Son oeuvre, très vaste et variée, a pour axe central la trilogie L’être et l’événement (1988), Logique des mondes (2006) et L’immanence des vérités (à paraître), mais elle comprend aussi de nombreuses publications sur la poésie, le cinéma, le théâtre, les sciences et les mathématiques, la politique, et même l’amour…

Car selon Alain Badiou, il y a essentiellement quatre types de procédures de vérité : la science (qui fait vérité du lien possible entre écriture et réel), l’art (qui fait vérité de la lisière entre forme et informe), la politique (qui fait vérité de la capacité collective, de ce que le collectif est capable de faire de lui-même) et l’amour (qui fait vérité de la différence comme telle, dans la médiation des positions sexuées).

CONFÉRENCES / DISCUSSIONS / LECTURES / PROJECTIONS

Des opportunités exceptionnelles de rencontrer le philosophe et de dialoguer avec lui autour de son oeuvre et de sujets très divers : le régugié et l’hospitalité, la poésie, la politique, le théâtre, l’amour, le cinéma, l’image et le réel, l’Europe et la Grèce, les vérités, le changement…

PARTENAIRES DE L’OPÉRATION

Ce cycle a été imaginé et organisé par Alt(r)a voce, Image de ville et Pensons-le-matin (Marseille), la Maison des jeunes et de la culture de Martigues, la médiathèque Boris Vian et le cinéma Le Méliès de Port-de-Bouc, le Repaire et l es Universités populaires d’Aubagne et Aix-en-Provence et le Vélo Théâtre d’Apt.

Se sont associés au projet le Parvis des Arts, la compagnie Hangar palace, l’Ecole de la cause freudienne, et les librairies L’odeur du temps (Marseille) , L’alinéa (Martigues) et la Fontaine (Apt).

Ces partenaires se sont réunis pour accueillir Alain Badiou et construire un cycle cohérent de conférences et de rencontres.

RENCONTRES PAR LIEUX https://www.quesignifiechangerlemonde.org/