Archives de catégorie : A lire – A voir

12/05/17
Apéro Littéraire avec André Fortin

vous invitent à une rencontre-signature avec

André Fortin

vendredi 12 mai à 18h30

au Théâtre Toursky

16, promenade Léo Ferré 13003 Marseille

autour de ses livres

Entrée gratuite

Vous pourrez intervenir, questionner, échanger, partager… et consommer avec modération

Contact : jean pierre 06 52 786 785

www.Apéros Littéraires jpbrnd@ouvaton.org

Suivez-nous sur Facebook : www.facebook.com/repaire.daubagne

Après cet Apéro Littéraire, le restaurant « Les Frangins d’la night » vous accueille dans un cadre convivial et fraternel

Parking gardé rue Auphan 4€

Rencontre-débat avec Michel Henry*

Bilan de l’élection présidentielle

Enjeux et perspectives des élections législatives

Depuis plusieurs semaines, l’élection présidentielle aura occupé les esprits, les médias, les militants, les partis politiques… Le résultat de cette élection satisfera certains, décevra les autres. Ceux qui se sont rendus dans les bureaux de vote, ceux qui se sont abstenus, ceux qui ont voté blanc, tous ceux qui se sont mobilisés ou pas…
Les élections législatives sont présentées comme étant le 3ème tour.

Venez en débattre !!!

*Michel Henry est journaliste indépendant et chez Les Jours. Il a longtemps travaillé à Libération, notamment comme correspondant à Marseille (1998/2010), où il a suivi le développement du FN en région PACA et aussi chez Médiapart . Il est l’auteur de : Drogues : pourquoi la légalisation est inévitable (Denoël, 2011), Agnelet : l’homme que l’on n’aimait pas (Odile Jacob, 2008), La Nièce – Le phénomène Marion Maréchal-Le Pen (Seuil, 2017).

http://www.seuil.com/ouvrage/la-niece-michel-henry/9782021337785

Le FN et la société française : L’extrême droite banalisée

Rencontre-débat avec André Koulberg*

On a tous vu ou entendu ces citoyens en colère expliquant qu’ils ont été déçus par la droite et par la gauche et qui disent : « Pourquoi ne pas essayer le Front national » ?

Mais qu’est véritablement le Front national ? Comment les idées de ce parti ont-elles réussi à infiltrer progressivement des esprits qui, pour la plupart, ne se disent pourtant ni d’extrême droite ni fascisants ? Pourquoi depuis plus de quarante ans n’arrive-t-on pas à le contrer efficacement ? Quel est le véritable ADN de ce parti qui se prétend respectable ?

On ne peut pas comprendre les succès du FN sans étudier la société, la culture, l’histoire dont il se nourrit. Notre société, notre culture, notre histoire. Peut-on combattre le FN en parlant comme lui, en posant les mêmes questions que lui, en acceptant les concepts et le champ d’évaluation où il se situe : « identité », « Français de souche », « diabolisation », « communautarisme », « assimilation », « populisme »…? Ce vocabulaire hélas devenu le nôtre.

Il nous faut aussi comprendre comment l’obsession ethnique de ce parti structure, aujourd’hui comme hier, toute sa pensée, son imaginaire, ses pratiques, ses penchants clairement autoritaires et sa volonté d’instituer des discriminations partout.

Une fois élargi le regard et dissipé ce théâtre d’ombres, apparaît une formation politique beaucoup moins anodine qu’on ne le dit, qui n’a pas rompu avec les héritages les plus inquiétants de notre histoire contemporaine.

*André Koulberg, philosophe et militant de la Ligue des Droits de l’Homme, auteur en 1989 du livre L’affaire du voile islamique.

Il dédicacera son livre après le débat : Le-FN-et-la-societe-francaise-L’extreme-droite-banalisee/

28/04/17
Apéro Littéraire avec Philippe Pujol

vous invitent à une  rencontre-signature avec

Philippe Pujol

pour la présentation de son dernier livre

Mon cousin le fasciste

Vendredi 28 avril à 18h30

au Théâtre Toursky

16, promenade Léo Ferré

13003 Marseille

*Philippe Pujol, est journaliste et écrivain, lauréat du prix Albert-Londres en 2014

Entrée gratuite

Vous pourrez intervenir, questionner, échanger, partager… et consommer avec modération

Contact : jean pierre 06 52 786 785

www.Apéros Littéraires jpbrnd@ouvaton.org

Suivez-nous sur Facebook : www.facebook.com/repaire.daubagne

Après cet Apéro Littéraire, le restaurant « Les Frangins d’la night » vous accueille dans un cadre convivial et fraternel

Parking gardé rue Auphan 4€

Clientélismes urbains Gouvernement et hégémonie politique

Une rencontre – débat avec Cesare Mattina*

 

 

 

 

Attribuer un emploi public, un logement social, un permis de

construire, des places en crèche ou un simple titre

honorifique est une prérogative des collectivités locales. Loin d’être anodines, ces redistributions de biens publics, matériels ou symboliques, à des individus, des familles, des groupes religieux, des personnalités sont une des modalités

du gouvernement de la ville. À partir de l’exemple de Marseille, Cesare Mattina montre comment, dans une ville souvent qualifiée de corrompue, le clientélisme urbain a essentiellement profité aux classes moyennes et petites/moyennes en ascension sociale.

*Cesare Mattina est enseignant-chercheur en sociologie au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie et à l’Université d’Aix-Marseille. Il travaille sur le gouvernement des villes et les relations entre élites politiques et groupes socio-professionnels.

http://www.lames.cnrs.fr/spip.php?article57

Dédicaces après le débat

Apéro Littéraire avec Maurice Gouiran

vous invitent à une  rencontre-signature avec

Maurice Gouiran

autour de ses ouvrages

Le printemps des corbeaux

Maudits soient les artistes

vendredi 10 mars à 18h30

au Théâtre Toursky

16, promenade Léo Ferré

13003 Marseille

Entrée gratuite

Vous pourrez intervenir, questionner, échanger, partager… et consommer avec modération

Contact : jean pierre 06 52 786 785

www.Apéros Littéraires

jpbrnd@ouvaton.org

Suivez-nous sur Facebook : www.facebook.com/repaire.daubagne

Après cet Apéro Littéraire, le restaurant « Les Frangins d’la night » vous accueille dans un cadre convivial et fraternel

Parking gardé rue Auphan 4€

Penser est un sport de combat

Contre la version du passé donnée par l’idéologie régnante, on revient, « avec l’aide de l’histoire », sur des événements majeurs, afin d’en dégager les conséquences et les enjeux actuels : de la disparition du tiers-monde (Immanuel Wallerstein) aux relations séculaires entre l’Europe et le monde arabe (Maxime Rodinson), de la réduction des événements de Mai 68 à une légende libertaire (Kristin Ross) à la notion controversée d’identité asiatique (Wang Hui). Continuer la lecture de Penser est un sport de combat

Les associations sont malades de la peste (Jean de LA FONTAINE)

sans-titre-copie

http://www.marianne.net/secours-populaire-hayange-centre-social-maison-du-vivre-ensemble-delit-association-fn-100246771.html

Secours populaire à Hayange, centre social, maison du « vivre ensemble »… le délit d’association selon le FN

Vendredi 30 Septembre 2016 à 17:10
Madeleine Meteyer
Le monde associatif n’a pas la cote chez les élus frontistes. Coupes dans le financement ou éviction des locaux sont des pratiques courantes dans les villes tenues par le Front National depuis 2014. Vendredi matin, le maire d’Hayange (Moselle) a décrété le délogement du Secours Populaire, jugé « pro-migrants » de la salle que l’association occupe dans la ville. Une longue liste précède cette décision…

Fabien Engelmann, maire FN d’Hayange, a fermé les portes du local du Secours populaire de sa commune. – DUCLOUX/SIPA
► Septembre 2016 : à Hayange (Moselle), Fabien Engelmann (FN) éjecte l’antenne locale du Secours populaire d’une salle de la ville. Motif ? Politique

Dernière d’une série qui s’allonge, qui s’allonge, la mairie de Hayange (Moselle) a annoncé l’expulsion du Secours populaire d’une salle de la ville et ce, avec l’appui d’un huissier et de la police municipale. Le maire a publié un communiqué dans lequel il s’étend sur les raisons de sa décision. S’il réfute l’idée d’une attaque contre le Secours populaire Français, il accuse l’antenne locale d’être devenue « une succursale du Parti Communiste ». Fabien Engelmann justifie sa formule en évoquant la politique « pro-migrants » que mènerait le Secours populaire dans la ville.

Il conclut ses explications par cette phrase « Puisque les dirigeants de cette antenne ont la fibre communiste, nous leur conseillons de faire une demande auprès des maires de la vallée qui se réclament encore de cette idéologie pour l’attribution d’un local ». Julien Lauprêtre, le président du Secours populaire a réagi ce vendredi matin sur RMC : « Nous n’avons aucun fil à la patte, aucune préférence. Nous ne faisons que de la solidarité. Le maire de Hayange a l’inhumanité au coeur. »

► Mars 2015 : à Mantes-la-Ville (Yvelines), le maire Cyril Nauth (FN) retire son local à la Ligue des droits de l’Homme. Motif ? Politique

La Ligue des droits de l’Homme n’est pas du goût de Cyril Nauth, élu en 2014 à la tête de Mantes-la-Ville et, seul maire FN d’Ile-de-France. En mars 2015, la convention qui liait l’association et la ville depuis plus de vingt ans est arrivée à son terme. Le maire a choisi de ne pas la renouveller arguant qu’il ne s’agissait pas d’une « expulsion en tant que telle ». Enfin, c’est tout de même l’idée. La Ligue des droits de l’Homme s’est retrouvée fort dépourvue puisque cette convention incluait le prêt d’un local. Le maire a défendu sa décision, « la LDH ne défend pas l’intérêt général ». Qu’est-ce à dire ?

« L’antenne de Mantes est très politisée, s’en prend régulièrement au FN et, surtout, défend les droits des étrangers clandestins : on ne peut pas les aider », expliquait alors Cyril Nauth.

► Février 2015 : à Beaucaire (Gard), le maire Julien Sanchez (FN) ôte subventions et local à la maison du vivre-ensemble. Motif ? Politique

La Maison du vivre-ensemble était « dans le collimateur » du candidat FN avant même son élection, déplorait Laure Cordelet, fondatrice du Rassemblement citoyen, un collectif né en réaction à la prise de la ville par le parti lepéniste à la faveur des municipales de 2014. « Justement, ils le savaient ! », se défend presque Julien Sanchez qui ne nie même pas que la fermeture du centre est lié à un motif politique. Qu’est-ce qui clochait dans ce centre qui assurait le soutien scolaire d’une centaine d’enfants dans un quartier défavorisé ? Aux yeux de Julien Sanchez, la Maison du vivre-ensemble était « une officine de l’extrême-gauche », ajoutant : « Je ne suis pas maso, donner une subvention à des gens qui font des déclarations politiques contre nous (…) ça me pose problème ».

Pis, la CAF et le conseil général du Gard assuraient un soutien de 131.000 euros à la condition que le maire participe aussi. L’ancienne subvention accordée par l’ancienne mairie était de 53.000 euros. Après la défection de la mairie frontiste, les deux autres organes se sont retirés du projet et la Maison du vivre-ensemble a du plier boutique. Par ailleurs, la mairie n’a en aucun cas songé à une solution alternative. Au Figaro qui lui posait la question, le maire de Beaucaire a répliqué: « Si des personnes ont besoin de soutien parce qu’elles ne parlent pas le français, ce n’est pas mon problème, ce n’est pas à nous de payer. »

► Septembre 2014 : à Fréjus (Var), le maire David Rachline (FN) rompt la convention qui liait la ville au centre social de Villeneuve. Motif ? Politique

Candidat à la mairie de Fréjus (Var) en 2014, David Rachline avait fustigé « certaines associations qui dirigent leurs activités quasi-essentiellement vers des quartiers dits difficiles » et non vers « l’intégralité » de la ville. Sitôt les portes de la mairie franchies, le tout nouveau maire (et actuel porte-parole de la campagne de Marine le Pen) avait pris des mesures de rétorsion contre le centre social de Villeneuve en baissant les subventions de 53% avant de le fermer purement et simplement en septembre 2014.

David Rachline n’a pas pris la peine de camoufler le motif politique de l’affaire. Le maire reprochait à la directrice du centre ses propos dans la presse. En août 2014, dans les colonnes du Monde, Sandrine Montagard s’était émue du nouveau climat depuis l’arrivée de l’équipe FN à la mairie. La directrice du centre sociale évoquait des courriers déposés dans les boites aux lettres du quartier et invitant à prendre les armes contre « l’idéologie qui s’appelle le maghrébisme ». Le 3 septembre, David Rachline a posté une missive à la directrice expliquant que le centre social n’avait pas vocation à être « un centre socialiste ».

► Avril 2014 : à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), le maire Steeve Briois (FN) retire son local à la Ligue des droits de l’Homme. Motif ? Politique

En 2014, dans son programme municipal, le candidat à la mairie d’Hénin-Beaumont, Steeve Briois affirmait souhaiter une culture « libre et indépendante ». Une fois élu, le nouveau maire a révisé ses positions en mettant un point final à la mise à disposition par la mairie, d’un local municipal à la Ligue des droits de l’Homme. Là encore, le motif est éminemment politique. Steeve Briois reprochait à l’association ses prises de position durant la campagne municipale et qualifiait notamment la LDH d' »association d’extrême-gauche ». « La Ligue des droits de l’homme est une association politisée. Elle n’a eu de cesse pendant la campagne électorale de dire tout le mal qu’elle pensait de nous. Alors on coupe les liens. Point final. »

L’association bénéficiait d’une subvention de 300 euros par an et d’un local à titre gracieux depuis une dizaine d’années. Alain Pruvot, président de la section locale de la Ligue des droits de l’Homme ne s’est pas dit « surpris » de la décision.sans-titre

Ciné-citoyen : Comme des lions

comme-des-lions
En présence de la réalisatrice Françoise Davisse
“Comme des lions” raconte deux ans d’engagement de salariés de PSA Aulnay, contre la fermeture de leur usine qui, en 2013, emploie encore plus de 3000 personnes dont près de 400 intérimaires. Des immigrés, des enfants d’immigrés, des militants, bref des ouvriers du 93 se sont découverts experts et décideurs. Ces salariés ont mis à jour les mensonges de la direction, les faux prétextes, les promesses sans garanties, les raisons de la faiblesse de l’état. Bien sur ils n’ont pas “gagné”. Mais peut être faut-il arrêter de tout penser en terme de “gain”. La vie est faite d’expériences, de risques, d’aventure et de fierté.
Et là, ces deux ans sont une tranche de vie exceptionnelle. Un moment d’intelligence collective, de démocratie et de révélations.
Le 21 septembre à 19 heures
Cinéma Jean Renoir – MASC
70, boulevard Voltaire
Montée Malik Oussekine
13821 La Penne sur Huveaune
Documentaire de Françoise Davisse (France) – Durée
: 1h55
Projection en présence de la réalisatrice
Séance en partenariat avec le Repaire d’Aubagne

En quête des classes populaires

Jeudi 15 septembre 2016 à 19h30
Au restaurant Le Borsalino
3 boulevard Jean Jaurès à Aubagneimage-1

En quête des classes populaires
Un essai politique

Rencontre-débat avec Paul Bouffartigue*

Ce livre vise un public composé à la fois d’étudiants et d’universitaires, de militants et de citoyens intéressés par les questions sociales et politiques d’aujourd’hui, ou encore des professionnels de l’action culturelle et sociale. La question des classes populaires s’imp

ose en effet régulièrement dans le débat public, qu’il s’agisse d’interpréter la démobilisation électorale, l’audience des thèses du Front National, les violences urbaines ou encore les mobilisations sociales. Mais utiliser cette notion ne suffit ni à comprendre la profondeur des mutations en cours, ni à faire de la représentation et de la promotion de ces classes populaires une priorité. C’est pourquoi ce livre ambitionne d’éclairer les limites des usages les plus courantes de la notion de classes populaires : en revenant sur l’histoire de la construction puis de la déconstruction de la classe ouvrière, qui était un acteur politique tout autant sinon plus qu’un groupe social consistant au cœur de la société française ; en s’interrogeant sur la réalité et la portée des clivages internes aux monde des ouvriers et des employés, notamment sous l’angle de l’enjeu central de la précarisation ; en analysant enfin les multiples formes, souvent peu visibles et inattendues, de leur mobilisation pour faire face aux difficultés dans lesquelles elles vivent et se réapproprier leur destin.

*Paul Bouffartigue est Sociologue, Directeur de Recherche au CNRS, dans le domaine de la sociologie du travail au Laboratoire d'économie et de sociologie du travail (LEST).

Il publie régulièrement des articles de recherche et participe notamment au comité de rédaction des revues scientifiques Faire Savoir et Temporalité

Il dédicacera son livre après le débat

http://www.lest.cnrs.fr/spip.php?article476

https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Bouffartigue

image-2

image

Merci patron

Au cinéma le Renoir à la Penne sur Huveaune le 09 décembre à 19 heures 30

En avant première… en présence du réalisateur François Ruffin !!!
Après la projection, vous pourrez débattre avec lui*

Niouze-La penne sur huveaune
* François Ruffin est réalisateur, journaliste et fondateur/rédacteur en chef du journal Fakir.
David peut-il encore l’emporter contre Goliath ? Des pieds nickelés picards faire tanguer la multinationale LVMH, premier groupe de luxe au monde, et effrayer son PDG, Bernard Arnault, l’homme le plus riche de France. Jocelyne et Serge Klur fabriquaient des costumes Kenzo à Poix-du-Nord, près de Valenciennes. Mais leur usine délocalisée en Pologne, ils se sont retrouvés au chômage, criblés de dettes…

« On doit vivre avec 4€ par jour pour nous trois, c’est l’assistance sociale qui a calculé le budget ! » et risquent maintenant de perdre leur maison. Une intervention en assemblée générale des actionnaires suffira-t-elle à régler leurs soucis ? Parviendront-ils à toucher le bon cœur du PDG ? Du suspense, de l’émotion, de la rigolade, et même de l’espionnage pour ce thriller social…

Dans une France triste, dans une gauche minée, voici l’arme anti-morosité. L’Arnaque en version lutte des classes. Une farce, menée par des ouvriers, et qui redonne de la joie, et de la fierté, et de l’espoir.

Assistants parlementaires européens

Assistants parlementaires européens : une belle cagnotte pour les partis

23 mai 2014 |  Par Ludovic Lamant et Marine Turchi

Piocher dans la manne européenne soulage les finances de leur parti. Mediapart détaille plusieurs cas d’eurodéputés français qui utilisent l’enveloppe du parlement pour rémunérer des militants.

Continuer la lecture de Assistants parlementaires européens