Archives de catégorie : Luttes

Le Conseil National de la Résistance

Le Conseil National de la Résistance

Ses raisons, son esprit et ses valeurs pour aujourd’hui

jeudi 19 mars 2015 à 19h30
Au restaurant Le Borsalino
3 boulevard Jean Jaurès à Aubagne

Affiche CNR

Une rencontre – débat avec Michel Vial *

Le Conseil national de la Résistance (CNR) était l’organe qui dirigea et coordonna les différents mouvements de la Résistance intérieure française, de la presse, des syndicats et des membres de partis politiques hostiles au gouvernement de Vichy à partir de mai 1943.
Son premier président fut Jean Moulin, délégué du général de Gaulle, lequel voulait instaurer ce Conseil afin d’unifier les différents mouvements de Résistance qui s’étaient spontanément constitués depuis la défaite et son appel du 18 juin 1940, au lendemain de la demande d’armistice par le maréchal Pétain.

*président-fondateur de « Résister Aujourd’hui »
L’association a pour but de perpétuer la mémoire de la Résistance et de la Déportation. S’inspirant de cette mémoire, l’association mène toutes les actions permettant de promouvoir les Valeurs Humanistes et se montre très vigilante en dénonçant toutes atteintes aux Droits de l’Homme.
Elle stigmatise toute apologie renaissante et toute résurgence du fascisme, du nazisme, du racisme, de l’antisémitisme, de la xénophobie, des nationalismes exacerbés, de l’épuration ethnique et de toutes les intolérances.
Vous pourrez intervenir, débattre, questionner, échanger, partager…

La Tôle et la peau Dire l’usine

la_tole_et_la_peau

Des ouvriers nous disent la vie d’usine à travers des extraits de livres écrits de l’intérieur.

Les textes sont interprétés face caméra.  
Neuf livres et dix ouvriers-interprètes qui se réapproprient un récit dans lequel ils se reconnaissent. 
Ces témoignages sont rythmés par des images et des sons d’usines en activité.
De cette palette se dégage une vision concrète de la condition ouvrière d’aujourd’hui par ceux qui sont « dedans ».

Souffle de vie

Un film de Sergeï Waultier

Travailler autrement, ou la victoire des Nestlé à Marseille…

La lutte victorieuse des ouvriers de l’usine de Saint-Menet.
En mai 2004, la multinationale annonçait la fermeture du site, menaçant les emplois de ses 427 salariés.
Aussitôt, la contestation s’organise, dans la rue comme dans les tribunaux. Et au bout de 643 jours, leur ténacité a eu raison du géant de l’agroalimentaire : l’activité chocolat a été reprise par Net Cacao et 187 emplois ont ainsi été maintenus.