Archives de catégorie : Livres

28/04/17
Apéro Littéraire avec Philippe Pujol

vous invitent à une  rencontre-signature avec

Philippe Pujol

pour la présentation de son dernier livre

Mon cousin le fasciste

Vendredi 28 avril à 18h30

au Théâtre Toursky

16, promenade Léo Ferré

13003 Marseille

*Philippe Pujol, est journaliste et écrivain, lauréat du prix Albert-Londres en 2014

Entrée gratuite

Vous pourrez intervenir, questionner, échanger, partager… et consommer avec modération

Contact : jean pierre 06 52 786 785

www.Apéros Littéraires jpbrnd@ouvaton.org

Suivez-nous sur Facebook : www.facebook.com/repaire.daubagne

Après cet Apéro Littéraire, le restaurant « Les Frangins d’la night » vous accueille dans un cadre convivial et fraternel

Parking gardé rue Auphan 4€

Apéro Littéraire avec Maurice Gouiran

vous invitent à une  rencontre-signature avec

Maurice Gouiran

autour de ses ouvrages

Le printemps des corbeaux

Maudits soient les artistes

vendredi 10 mars à 18h30

au Théâtre Toursky

16, promenade Léo Ferré

13003 Marseille

Entrée gratuite

Vous pourrez intervenir, questionner, échanger, partager… et consommer avec modération

Contact : jean pierre 06 52 786 785

www.Apéros Littéraires

jpbrnd@ouvaton.org

Suivez-nous sur Facebook : www.facebook.com/repaire.daubagne

Après cet Apéro Littéraire, le restaurant « Les Frangins d’la night » vous accueille dans un cadre convivial et fraternel

Parking gardé rue Auphan 4€

Face au mépris des classes

Face au mépris des classesJeudi 19 janvier 2017
à 19h30
Au restaurant Le Borsalino
3 boulevard Jean Jaurès à Aubagne

Rencontre-débat avec Pascal Pons*

Chroniques des violences légales et moins légales mettant à mal l’espoir des habitants et la vie des enfants de la cité de la Castellane, dans les quartiers nord de Marseille.

*Pascal Pons est professeur des écoles dans le 15e arrondissement de Marseille, militant syndical à la CGT Educ’action et membre d’un réseau d’éducation populaire et nouvelle. Face au mépris des classes est son premier livre.

Gilles Del Pappas

logo

vous invitent
à rencontrer
Gilles Del Pappas
pour la sortie de son livre

attila

et
Philippe Hauer
Directeur des Editions Van Loo

vendredi 23 septembre à 18h30
au Cercle de l’Harmonie
12 cours Beaumond 13400  à Aubagne

Vous pourrez intervenir, questionner, échanger, partager…  et consommer avec modération
Entrée gratuite

Contact : jean pierre 06 52 786 785 – 06 11 43 55 79
http://repairedaubagne.fr/2016/09/gilles-del-pappas/

En quête des classes populaires

Jeudi 15 septembre 2016 à 19h30
Au restaurant Le Borsalino
3 boulevard Jean Jaurès à Aubagneimage-1

En quête des classes populaires
Un essai politique

Rencontre-débat avec Paul Bouffartigue*

Ce livre vise un public composé à la fois d’étudiants et d’universitaires, de militants et de citoyens intéressés par les questions sociales et politiques d’aujourd’hui, ou encore des professionnels de l’action culturelle et sociale. La question des classes populaires s’imp

ose en effet régulièrement dans le débat public, qu’il s’agisse d’interpréter la démobilisation électorale, l’audience des thèses du Front National, les violences urbaines ou encore les mobilisations sociales. Mais utiliser cette notion ne suffit ni à comprendre la profondeur des mutations en cours, ni à faire de la représentation et de la promotion de ces classes populaires une priorité. C’est pourquoi ce livre ambitionne d’éclairer les limites des usages les plus courantes de la notion de classes populaires : en revenant sur l’histoire de la construction puis de la déconstruction de la classe ouvrière, qui était un acteur politique tout autant sinon plus qu’un groupe social consistant au cœur de la société française ; en s’interrogeant sur la réalité et la portée des clivages internes aux monde des ouvriers et des employés, notamment sous l’angle de l’enjeu central de la précarisation ; en analysant enfin les multiples formes, souvent peu visibles et inattendues, de leur mobilisation pour faire face aux difficultés dans lesquelles elles vivent et se réapproprier leur destin.

*Paul Bouffartigue est Sociologue, Directeur de Recherche au CNRS, dans le domaine de la sociologie du travail au Laboratoire d'économie et de sociologie du travail (LEST).

Il publie régulièrement des articles de recherche et participe notamment au comité de rédaction des revues scientifiques Faire Savoir et Temporalité

Il dédicacera son livre après le débat

http://www.lest.cnrs.fr/spip.php?article476

https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Bouffartigue

image-2

image

La troisième guerre mondiale est sociale de Bernard THIBAULT

Depuis plus de trente ans, la version néolibérale de la mondialisation a fait de la concurrence un absolu intouchable qui s’étend progressivement à tous les domaines de la vie des pays de la planète.
Cette bataille économique, menée à l’échelle du globe, a fait de l’embauche des travailleurs au moindre coût et sans normes protectrices sa ligne directrice. Les dégâts humains de cette véritable guerre sociale mondiale sont énormes et la plupart du temps invisibles.
Ainsi 40 % des travailleurs dans le monde n’ont pas de contrat de travail, des dizaines de millions d’enfants sont contraints de travailler et ne bénéficient pas de l’éducation, des travailleurs chinois sont employés dans des conditions infrahumaines, depuis 2012, plus de 1200 travailleurs népalais et indiens sont morts sur les chantiers de construction des stades de la coupe du monde de football, en France des travailleurs détachés sont payés 300 euros par mois… Comment sortir de ces régressions ?
Ancien secrétaire général de la CGT et désormais membre du conseil d’administration de l’Organisation internationale du travail (OIT), Bernard Thibault dénonce dans cet ouvrage ce culte du moindre coût qui sacrifie les salariés du monde sur l’autel de la concurrence. Contrairement au sentiment largement répandu, la solution à cette dérive n’est pas le repli sur soi nationaliste mais la promotion de l’égalité des êtres humains par l’adoption dans les divers pays du monde de normes protectrices tant du point de la rémunération par un salaire décent qu’en termes de conditions de travail.
En indiquant comment les normes de l’Organisation internationale du travail peuvent devenir un levier pour faire progresser les droits sociaux dans le monde, Bernard Thibault ouvre un chemin : à l’opposé des sirènes nationalistes qui voudraient les opposer, les travailleurs et leurs syndicats ont des atouts pour sortir de la guerre mondiale sociale en s’unissant pour construire un monde guidé par le respect des droits humains.

L’AUTEUR
Bernard Thibault est membre du conseil d’administration de l’Organisation internationale du travail (OIT). Il a été secrétaire général de la CGT de 1997 à 2013.

© Hannah Assouline
EN LIBRAIRIE DEPUIS LE 15 AVRIL 2016
La troisième guerre mondiale est sociale de Bernard THIBAULT
aux Éditions de l’Atelier – 160 p. / 15 €

Alzheimer La vie, la mort, la reconnaissance

Les ÉDITIONS VRIN ont le plaisir de vous
présenter :Alzheimer
Alzheimer
La vie, la mort, la reconnaissance
Une chronique et un essai philosophique
Michel MALHERBE
Le livre :
L’auteur est philosophe. Son épouse, parvenue à un stade avancé de la maladie d’Alzheimer, réside depuis
plusieurs années dans un établissement pour personnes désorientées.
L’ouvrage associe deux choses en les entrecroisant :
1) Une expérience rendue sous la forme d’une chronique qui, par une suite d’instantanés, tente de
restituer la réalité d’une nature humaine en péril.
2) Un essai philosophique qui s’efforce d’appréhender de manière argumentée cette réalité problématique
qui paraît impensable parce qu’elle est inacceptable.
L’argument général est le suivant :
La maladie d’Alzheimer, qui est un processus de mort, ne fait pas qu’affaiblir les facultés de l’individu, elle
en détruit progressivement le ressort vital et fait dégénérer sa personne. Et elle rend incertaine la relation
au patient. C’est pourquoi la question souvent posée : « vous reconnaît-elle ? » en cache une autre : « estce
que moi je la reconnais, non telle qu’elle a été, mais telle qu’elle est à présent ? » Ce qui fait qu’on en
vient à demander : à quoi reconnaît-on qu’un être humain est un être humain ?
Question redoutable qui fait peur. Il est d’usage de se dérober en invoquant la différence de l’Autre dans le
handicap ou en redisant le devoir de toujours considérer le patient alzheimer comme une personne,
comme une fin en soi. Vains détournements qui ne sauraient dispenser de traiter de l’influence matérielle
du corps sur l’esprit et de soulever la question de l’identité personnelle, conservée ou non, du patient. Le
dernier chapitre s’attache à reconstruire en une pareille extrémité l’idée de la reconnaissance.
L’auteur :
Michel Malherbe, professeur émérite, a enseigné la philosophie à l’Université de Nantes.
Vrin, 2015, 295 p., 978-2-7116-2641-0, 15 €
Vous pouvez commander cet ouvrage auprès de votre librairie habituelle ou directement sur
notre site www.vrin.fr.
Librairie philosophique J. Vrin, 6 place de la Sorbonne, 75005 Paris
SARL au capital de 360 000€
R.C.S. Paris B 388 236 952 – Siret 388.236.952.00015
Code APE 4761Z – N° T.V.A. FR 52 388 236 952 – CNUF 301 41203 00107

Les milliardaires. Comment les ultra-riches nuisent à l’économie

Dans un immeuble berlinois où cohabitent persécuteurs et persécutés, juifs, non juifs, SS et résistants, la vie se déconstruit tragiquement.
Sous le pseudonyme de Hans Fallada, Rudolf Ditzen livre en 1947 un témoignage unique sur les conditions de survie des citoyens allemands sous le troisième Reich.
Continuer la lecture de Les milliardaires. Comment les ultra-riches nuisent à l’économie